Plus de 4 800 alpinistes ont tenté de gravir le mont Everest depuis la première expédition en 1921 par le Britannique George Mallory. Parmi eux, près de 300 n’ont pas survécu. Aujourd’hui, la fonte de la calotte glaciaire et des glaciers de l’Everest, dû au réchauffement climatique, exposent les corps d’alpinistes.

Une grande partie des cadavres ont refait surface ces dernières années aux environs du glacier Khumbu, au sud de l’Everest, connu pour sa pente dangereuse. En 2017, une main est également apparue au niveau du premier camp de base, situé au pied du glacier Khumbu. Avec la saison de l’ascension du mont qui commence au printemps, les autorités chinoises enlèvent les cadavres qui ressortent avec la fonte des glaces. Cette opération en haute altitude coûterait jusqu’à 80 000 dollars (71 000 euros).

Depuis 2015, des études montrent que la fonte des glaciers du mont Everest s’accélère dangereusement. Pour preuve, les étangs du glacier Khumbu s’agrandissent de jour en jour. Sa glace est de plus en plus chaude, elle enregistre un minimum de seulement -3,3 °C. La majorité des régions de l’Himalaya sont victimes du réchauffement climatique et font parfois ressortir les corps d’alpinistes.

Des détails macabres

Parmi les détails les plus macabres de ce phénomène, certains alpinistes se servent des cadavres comme repères dans les secteurs les plus élevés du mont. Une paire de bottes vertes, appartenant à un grimpeur mort sous un rocher, sert à situer le sommet.