Grogne à la Senelec : Des agents dénoncent les magouilles de leur dirigeant et interpellent le Chef de l’Etat

Sur DAKARAMA SN

Le climat est électrique à la Senelec. En effet, regroupés autour d’un collectif, 200 contractuels de la Senelec regroupant des comptables, des caissiers, des agents administratifs, des techniciens, des chauffeurs, ont une dent contre leur dirigeant, notamment la Direction des ressources humaines. Qu’ils accusent de verser dans le favoritisme.
« Pour notre embauchement, la direction avait organisé un concours. Au sortir de ce dernier la Direction des ressources humaines à retenue une liste de 183 candidats sur les 700 et quelques candidats qui avaient composés alors le nombre ceux qui avaient la moyenne dépassait largement cette liste. À notre grande surprise, nous avons constaté que parmi ceux qui ont été retenue pour la liste et par la suite embauchés certains avaient une moyenne de 02/40,03/40. Alors que des agents qui ont eu une moyenne 26/40,27/40 ont été recalés », ont-ils fait savoir.

Avant de poursuivre : « Parallèlement la drh est en train d’embaucher des personnes qui n’ont jamais été à la Senelec sans leur faire subir un concours en nous laissant en rade nous qui avons fait des années dans l’entreprise. La Drh a embaucher l’année dernière 493 prestataires qu’elle avait demandé de faire un concours et par la suite et tous ont été embauchés et même ceux qui n’avait pas la moyenne ».

Ne sachant plus à quel saint se vouer, ces derniers veulent plus d’explications par apport à ces choix. « Nous demandons au drh pourquoi elle ne nous accorde pas le même traitement qu’elle a fait avec les prestataires? Sont-ils plus méritant que nous? Ceux qu’on embauche par quotas politiques sont-ils encore plus méritant ou plus que des sénégalaise que nous? », S’interrogent-ils.

A les en croire, sur ceux qui ont été déclarés admis dans le concours, certaines parmi eux n’avait pas composés.
« Nous vivons des conditions difficiles, nous sommes des pères et des mères de famille qui n’arrivent plus à subvenir aux besoins de nos familles. Certains ne parviennent plus à payer le loyer, d’autre ont eu des problèmes dans leur ménage et j’en passe. Au regard de ces conditions dans lesquelles nous vivons, nous demandons à être réintégrer à nos postes », s’exclament-ils.

Même s’ils ont bénéficié du soutien de Mr Mame Makhtar Gueye de l’Ong Jamra qui avait saisi le directeur général, ils interpellent le chef de l’Etat afin que le dossier soit régler.

Étiquette
Back to Top